Choisissez votre toile fond Choisissez votre toile fond Enregistrez-vous pour conserver votre choix Fin
Boutique Faites un don
Huntington's Disease Youth Organization

Mon père ne possède pas le gène, suis-je à risque ?

HDYO met sur son site plus d'informations à la dispoisition de jeunes, parents et professionnels.

www.hdyo.org

Ma grand-mère a eu la maladie de Huntington, son premier enfant aussi, puis ma tante est passée à travers, mais son deuxième enfant l’a développée, ensuite, après avoir passé des tests, mon père a appris qu’il ne possèdait pas le gène. Y a-t-il un risque que moi j’aie la maladie de Huntington ?

Louise, 16

Ask a question

Bonjour Louise, Non, si ton père a passé un test génétique qui a montré un résultat normal, cela signifie qu’il ne sera pas atteint de la maladie de Huntington plus tard, et toi non plus (ni tes frères et sœurs si tu en as), ni ses enfants à venir. C’est donc une bonne nouvelle pour ton papa et toi, Louise.

Peut-être souhaiterais-tu en savoir plus sur la façon dont la maladie de Huntington se transmet dans les familles ? Si c'est le cas, suis ce lien http://en.hdyo.org/tee/articles/61. Cela t’expliquera pourquoi certains des enfants de ta grand-mère ont développé la MH et d'autres non.

Pour faire simple, tous nos gènes (ou instructions héréditaires) vont par paires car nous en héritons une copie de chacun de nos parents. Comme nous le savons, ta grand-mère était atteinte de la maladie de Huntington, elle possédait donc une copie normale du gène MH accompagnée d’une copie défectueuse de ce gène. Pour cette raison, à chaque fois que ta grand-mère avait un enfant, elle courait un risque égal de lui transmettre sa maladie, que ce soit la copie normale ou la défectueuse du gène MH qui ait été transmise (Dans le cas de ton père, d’après ton e-mail, il aurait hérité de la copie normale). Le risque serait resté identique pour les hommes et les femmes, peu importe leur position dans la famille, par exemple s’ils étaient l’aîné ou le cadet.

N'hésite pas à nous envoyer tes questions, Louise. D’ailleurs, en discuter avec ton père serait une bonne idée. Parfois, même quand les gens ne sont plus à risque, ils souhaitent donner un sens à la MH et à la façon dont elle a affecté leur famille.

Rhona